« Les ongles d’un homme, les manches de sa veste, ses bottes, la marque des genoux sur son pantalon, les cals de son pouce et de son index, l’expression de son visage, les manchettes de sa chemise, ses mouvements – sont autant de signes révélateurs du métier qu’il exerce. Il est presque inconcevable que, dans le cadre de toute affaire criminelle, tous ces indices réunis ne parviennent pas à éclairer un enquêteur compétent. »
Sherlock Holmes

Sherlock Holmes… Un personnage de fiction qui fut le premier à démocratiser l’art de la déduction qu’est le cold-reading.  La lecture à froid était au départ utilisée par les « médiums » afin de faire croire aux gens qu’ils avaient la capacité de tout savoir sur la vie actuelle et passée des gens.  Ils donnaient également des révélations étonnantes sur le futur des gens.  Prédictions qui se réalisaient toujours…

Utilisé ensuite par les illusionnistes dans le cadre de représentation de mentalisme de spectacle dans le même but que les médiums… faire croire à de grands pouvoirs de divinations.

En vérité le cold-reading permet un développement de l’observation et de la déduction poussé à un degré extrême.  Associé à certaines méthodes psychologiques et vous avez là un outil redoutable pour découvrir l’autre en profondeur.  Son passé,  son présent,  son profil psychologique, ses faiblesses,  etc…
Ces techniques demandent des années de pratiques et d’expériences.

Pour vous divertir, Jean-Baptiste CLEMENT utilise de manière imperceptible ces techniques dans son spectacle Miracle(s) ou Illusion(s)

Laisser une réponse